apprentissage, progression, plaisir, pagaies couleurs...

jpr44
Messages : 1050
Inscription : dim. 17 janv. 2010 14:34

apprentissage, progression, plaisir, pagaies couleurs...

Message par jpr44 » ven. 17 mai 2019 08:15

J'ai fait un copier-coller de ce texte d'un copain parce que je crois qu'il résume parfaitement les enjeux de la progression en kayak de randonnée:



(...) "Message par Jef29200 » 15 mai 2019 10:11

Sylvain59200 a écrit : ↑
15 mai 2019 07:23


Dans ma situation ce n'est pas important car si j'acquiers un level2 ailleurs je pourrais juste dire aux gens que je rencontre que j'ai ce level2

pas besoin, si tu as un level 2 acquis en Europe, tu peux te présenter au level 3 en France, ou ailleurs en Europe.


Pour ma part, l'important dans les passages de pagaie c'est qu'ils me permettent de découvrir mes points faibles. Les passages des tests me donnent des point précis à travailler pour me permettre de progresser.

J'ai passé plusieurs fois des certifications : une pagaie verte mer, une pagaie verte rivière, une pagaie bleue mer, deux fois la pagaie rouge mer. Et, à chaque fois, bien que j'ai lu attentivement les fiches FFCK sur les tests, à chaque fois, j'ai bien mieux appréhendé ce qu'était le niveau demandé, dans l'action, en conditions avec les certificateurs.

En février 2018, j’échoue à passer la pagaie rouge parce que je ne maîtrise ni la gîte, ni les appuis en godille, ni le bac arrière. Mon amour propre en a pris un coup. Heureusement, l’échec au passage de la pagaie rouge est positif : je prends conscience de ce que je dois travailler pour être au niveau. Jean Marc Terrade me donne la clef du pourquoi de cet échec : en dehors du manque de technique, je n’avais plus de plaisir à naviguer, j’étais coincé en mode « j’ai peur de rater, j’ai peur de me mouiller, j’ai peur d’avoir froid ». J’avais bossé la technique au point d’oublier de me faire plaisir, j’avais bossé sans faire appel à mes sensations : une connerie dangereuse !

Après mon échec de février, je fais le bilan et je reprends la pratique du kayak en avril : je travaille alors sur le plaisir de naviguer et sur l’aisance. Je reprends avec des sorties faciles sous le soleil. Je recherche mon bien être en kayak, je cherche les sensations, le plaisir des gestes. Je fais, en solitaire, les navigations qui me plaisent, à mon rythme et uniquement avec de belles lumières. Si il pleut, si il y a du vent ou des nuages : je ne navigue pas.

Peu à peu, le plaisir revient. Je m’organise des jeux : je lance ma pagaie à quelques mètres et je vais la récupérer en me propulsant avec mes seules mains. Je gîte et je fais des virages sans pagaie, avec mes mains pour seul moyen de propulsion, je m’assois sur mon pont arrière en m’efforçant de garder mon équilibre. Je tâche de me tenir debout dans mon kayak (plouf à tous les coups pour l’instant !), sans chavirer. Je sors de mon cockpit et je fais un 360° sur le pont arrière de mon kayak lors du stage sécurité de CK/mer, je slalome entre les bouées, je rase les cailloux en douceur, je travaille la marche arrière en cercle ou en ligne droite. A chaque sortie, ou presque, je gîte mon kayak sur la tranche et je m’appuie sur l’eau avec une godille. J’essaye de nouveaux coups de pagaie, de nouveaux appuis.

Beaucoup de travail personnel et un meilleur bateau font qu’en septembre, je réussis les tests de passage de la pagaie rouge mer, ma gîte est ok, les appuis en godille aussi, le bac arrière est en cours d’acquisition. Les examinateurs remarquent mes progrès, me le disent et me félicitent pour le travail que j'ai fait entre les deux sessions.

Les stages aussi sont intéressants, ainsi, après le stage pagaie noire de février 2019, j'ai compris clairement ce que je dois travailler pour être au niveau.

Pour en revenir à ce vous disiez plus haut, oui, il y a des différences de niveau entre les clubs. De ce que j'ai appris, la FFCK en est consciente et travaille à une amélioration, comme le disait Olivier, plus haut dans cette discussion. La BCU, comme le disait Olivier, a modifié tout son système d'évaluation. Ce nouveau système, plus modulaire, va allouer de meilleurs revenus aux coachs.

Pour ce qui est de la France, je trouve dommage, moi qui aime la randonnée en mer, que les clubs mettent la randonnée en dernier. Sur le site de la FFCK la randonnée mer ne figure même pas sur la page d'accueil (la randonnée canoë en rivière y figure). Je suppose que la raison est que la randonnée en mer est un domaine où il n'y a pas de compétition, donc pas de médaille. Bien que la randonnée en mer soit un sport, elle est "hors système sportif". M'enfin, si j'aime la rando c'est peut-être bien justement pour ça : parce qu'il n'y a pas de compétition et que nous nous entraidons au moindre soucis.
http://www.randokayak.com/ (...)

Répondre